Nourir le monde

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Nourir le monde

Message  robin gasnier le Ven 14 Mar - 18:44

La relocalisation (et diversification nécessaire) permettrait-elle alors l'exportation ?
Sinon (en plus du fait que cela irait de paire avec une orientation vers le bio) cela aurait pour conséquence une baisse des rendements et une impossibilité à maintenir l'activité humaine dans les zones impropres à la culture...
Si oui alors on est quand même un peu dans un scénario mondialisé et libéralisé.

robin gasnier

Nombre de messages : 10
Age : 30
Localisation : montpellier
Date d'inscription : 14/03/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Erreur

Message  zavyai le Lun 24 Mar - 18:46

Cette remarque ne fonctionne que si on par avec le postulat que l'on doit nourrir le monde!
Or il existe un autre postulat bien plus pertinent selon moi qui veut que chaque climat et région a ses cultures propres (mis à part le désert peut être). Le défi est donc agronomique: permettre à chaque population de produire sa nourriture.
Les échanges peuvent se limiter à ce que nous ne pouvons produire.
Et arrêtons de vouloir exporter notre modèle ou nos productions!!!
Nous avons déjà 60 millions de français à nourrir, cela ne semble-t-il pas suffisant pour développer ce métier?
Xavier
avatar
zavyai

Nombre de messages : 4
Age : 31
Localisation : Sacy le grand
Date d'inscription : 24/03/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nourir le monde

Message  Zabou le Lun 24 Mar - 19:30

S'il s'agit de proposer une agriculture propre à chaque région, alors il faudra aussi une politique de sensibilisation et d'éducation à de nouvelles pratiques alimentaires. En effet, si la production est locale ou nationale, il faudra à nouveau apprendre à connaître les fruits et légumes récoltés à chaque saison, ce qui n'est pas forcément acquis. De plus, cette nouvelle approche de l'alimentation prendra sans doute du temps à s'imposer dans les moeurs.

L'avantage de scénario, apparaissant comme le scénario idéal, est qu'il résout partiellement la question des transports, de la pollution en découlant et des futurs carburants. Par contre, il faudra inciter et soutenir les exploitations agricoles locales pour qu'elles continuent à survivre et à davantage se développer.

Il faudra également tenir compte de la dimension globale de l'agriculture. Car si l'Europe se décide à produire localement, elle ne pourra empêcher l'arrivée sur son marché de produits d'autres régions du monde, qui feront peut-être un autre choix de développement agraire, moins cher à exploiter. Dans ce cas, la concurrence entre les producteurs européens et les autres sera quelque peu faussée, dans la lignée de ce qui peut se faire aujourd'hui.

Et si l'on considère que ce modèle s'étendra aux régions du monde, alors on peut considérer que l'on est dans le scénario de l'agriculture mondialisé et libéralisé.

Zabou

Nombre de messages : 1
Age : 31
Localisation : Strasbourg
Date d'inscription : 16/03/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

ne pas nourir le monde

Message  robin gasnier le Ven 28 Mar - 12:55

Je tiens à revenir sur l'argument "nourrir le monde" qui me parait à moi aussi désuet maintenant que je le repense.

"la concurrence entre les producteurs européens et les autres sera quelque peu faussée, dans la lignée de ce qui peut se faire aujourd'hui." : pour moi si elle est en effet faussée aujourd'hui c'est dans l'autre sens : ce n'est pas l'Afrique et l'Asie qui subventionnent leurs produits.... si on continu le protectionnisme ( si on l'envisage ici favorisant la relocalisation) cela ira de paire avec un changement de politique mondiale (OMC). Dans ce cas les autres pays auront aussi le droit au protectionnisme ... pour autant il n'est pas sur du tout qu'ils en aient les moyens. C'est pourquoi pour que ce système soit durable (puisque c'est ce qu'on essaye d'envisager il me semble) il faudrait une interdiction mondiale pour les pays (au moins du nord) d'exporter des produits subventionnés.

robin gasnier

Nombre de messages : 10
Age : 30
Localisation : montpellier
Date d'inscription : 14/03/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Subventions

Message  zavyai le Jeu 10 Avr - 16:52

Je suis tout à fait d'accord sur les subventions: il faut les supprimer pour rétablir un équilibre et une concurrence mondiale juste (surtout que nous avons une avance technologique énorme qui mettra du temps à être rattrapé pour les pays du sud). Aujourd'hui le travail dans les pays du sud n'est pas rémunéré à la valeur à laquelle il devrait l'être à cause de ces subventions. De plus, elle créent des déséquilibre dans les choix de l'agriculteur: aujourd'hui ce sont les subventions qui ont modelées notre système agricole européen, or la réactivité pour les réajustements est loin d'être suffisante. Pour revenir sur une subvention c'est bien plus dur que pour la mettre en place.
Par rapport au commentaire de Zabou: "S'il s'agit de proposer une agriculture propre à chaque région, alors il faudra aussi une politique de sensibilisation et d'éducation à de nouvelles pratiques alimentaires". En effet, je crois que c'est nécessaire, mais je ne souhaite pas que 100% de l'approvisionnement soit local: je souhaite que ce soit l'objectif vers lequel tous les acteurs tendent. J'aimerai que les politiques mises en place permettent de développer au maximum ces approvisionnements locaux et que l'on arrête au moins d'importer ce que l'on peu produire dans la région ou le pays (les légumes d'Espagne).
Et les politiques ont les moyens si ils le veulent de faire ces changements: car la communication peut avoir autant de poids que la législation. Et je pense que même au niveau de la législation il y a des décisions qui sont prises pour favoriser certains intérêts de grandes compagnies exportatrices, ce qui limite des possibilités existantes.
Un point qui me semble primordial dans ce scénario aussi est le contact agriculteur-consommateur: ce contact peut à lui seul faire changer l'agriculture dans son ensemble: l'agriculteur répond ici exactement à la demande. On peut donc imaginer des exploitations qui se spécialisent dans la production de quantité (en respectant un minimum de qualité) pour approvisionner des magasins locaux à prix raisonnables. Et d'autres agriculteurs qui privilégient le qualitatif avec des labels (biologiques, protection intégrée) pour mieux valoriser leurs productions auprès d'une clientèle qui sera prête à payer plus.
Dans les deux cas, si la qualité laisse à désirer le retour sera direct: les intermédiaires étant plus que limités, les infos remontent rapidement et l'agriculteur sera forcé de se remettre en cause sur ses modes de productions.
avatar
zavyai

Nombre de messages : 4
Age : 31
Localisation : Sacy le grand
Date d'inscription : 24/03/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Nourir le monde

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum